Journée Arabe du Théâtre : Lettre du SG de l’Institut Arabe du Théâtre

Comme chaque année, l’Institut Arabe du Théâtre, depuis sa création en 2008, ne rate pas l’occasion de la Journée Arabe du Théâtre, pour adresser un message de soutien et d’encouragement à tous les dramaturges et autres professionnels métier.

L’année 2020 n’a pas dérogé à la règle. En Algérie, c’est la comédienne Nabila Brahim qui a lu la lettre du secrétaire général de l’Institut, le dramaturge Ismaïl Abdallah, adressée aux professionnels du théâtre. Il écrit que ce discours est un « discours qui tente de sonder ce qui est dans notre esprit en tant que dramaturge. »
Vu que la célébration de cette journée, cette année, se déroule dans un contexte très particulierdû à la pandémie de la Covide-19, le SG a salué, en son nom et au nom des membres de l’Institut Arabe du Théâtre, les efforts fournis dans la préservation de l’activité théâtrale. « Permettez-nous, tout d’abord, de saluer tous les efforts sincères qui ont œuvré, en 2020, à maintenir la flamme du théâtre et de ses dirigeants, et d’apprécier tous les efforts et les moyens fournis pour essayer de donner de la chaleur au théâtre pour surmonter l’étape difficile imposée par la pandémie Corona (…) » Et d’ajouter : « (…) nous apprécions également les circonstances qui ont obligé de nombreuses parties à reporter leurs activités conformément aux protocoles sanitaires, et nous saluons tous ceux qui ont créé cette année un nouvel espace pour le théâtre ou sauvé un espace de l’extinction et de la dévastation. »

Il est également revenu sur l’essence même de l’Institut Arabe du Théâtre, qui a pour cheval de bataille « un théâtre nouveau et renouvelé », ainsi que toutes les actions stratégiques mises en place. Lesquelles actions ont pour but unique la promotion du théâtre arabe et son renouveau.

Il a mis l’accent sur l’importance de faire de cette journée du 10 janvier une halte annuelle pour prendre le temps de se poser là où les questions essentielles qui permettent à cette organisation et à tous les dramaturges du monde arabe d’avancer et de progresser car ils partagent le même rêve, à savoir le théâtre.
Une lettre forte en encouragements et reconnaissance du travail et des efforts fournis par les professionnels du théâtre. Un travail titanesque pour sauver un tant soit peu cet art et toutes les personnes qui le pratiquent du désastre.

Une lettre emplie d’espoir, d’un lendemain meilleur pour ce noble art qui n’a de cesse d’attirer sur ses planches de plus en plus de personnes.